DSC_0141

Oh comme cette chanson me parle, oh comme elle me fait trésaillir... je devais avoir 15 ans, 16 ans tout au plus et cela me semblait écrit pour moi. Moi qui avais l'impression que j'allais attendre indéfiniment, comme faite pour ça ? 

Je la réécoute, cette fois chantée par Barbara Carlotti, de sa très belle voix grave et oui je me revois comme si c'était hier.

Entre temps il y a des catalogues sur lesquels on peut rêver, des photos, des profils, des textes drôles ou enjoleurs au supermarché comme ils  appellent ce site. On donne l'illusion aux femmes qu'elles ont un pouvoir, elles se balladent avec un caddie qu'elles remplissent ...tout cela devrait être renvoyé aux oubliettes mais voilà ... cette putain de solitude, cette ultra moderne solitude, il est si difficile de l'assumer, pas un jour sans que l'on se dise, quand même quel gâchis...

Alors voilà, illusion pour illusion on s'en abreuve, et ça passe comme tout, ça passe. Je discute avec un garçon qui habite dans le pays B, je ne sais pas pourquoi mais c'est tombé comme ça. Les attractions sont sélectives. 

Je l'imagine seul sur la falaise de la côte des Basques entrain de regarder vers l'Espagne, je l'imagine avec un caban bleu marine. Il est brun mais avec des cheveux longs. Il a surtout un très joli sourire enjoleur. 

Mais comment mettra-t-il un pied devant l'autre, aura-t-il les pieds en canard, et sa voix sera-t-elle grave ou aigûe, son rire saura-t-il se taire pour masquer sa nervosité ou au contraire s'envoler sans contrôle, sa bouche aura-t-elle des sautes d'humeur, des mous disgrâcieuses ? 

Et voilà il existe dans ma tête en plus d'exister dans la vraie vie, une silhouette de papier qui prend forme, qui prend vie, une photo qui s'animerait. 

Je sais pourtant qu'il est très dangereux l'aterissage dans ces cas là, tellement de paramètres qui nous dépassent, l'allure, la cadence, le pas, l'odeur, oh oui l'odeur, la matière, ce qui se dégage, le flow, le flot, le rythme, les silences... tout cela ne peut pas se mettre dans les petits tuyaux qui transportent pourtant tous nos mots, toutes nos confidences dans des mails, toutes nos exhibitions sur les réseaux ne rendront jamais compte de ça , l'essence de quelqu'un.